Musée du papier peint

Fabrique de Papiers peints de Mrs. Jn. ZUBER & Cie
Fabrique de Papiers peints de Mrs. Jn. ZUBER & Cie", Editeur Godefroy Engelman, Mulhouse, 1823, Dessinateur Jean Mieg (1791-1862), lithographie coloriée sur papier
Rouleau d'impression
Rouleau d'impression

Le musée du papier peint situé à Rixheim en Alsace, labellisé Musée de France, changera votre regard sur ce mode de décoration que vous croyez connaître !

Vous pouvez y admirer des papiers peints datant du 18ème siècle à nos jours, des papiers dominotés jusqu’aux créations de designers contemporains.

Les panoramiques qui ouvrent les murs sur des contrées lointaines, des paysages exotiques, des jardins idylliques invitent au rêve.

 

LA COMMANDERIE

Le bel édifice qui abrite dans le corps de logis central l’Hôtel de ville de Rixheim, dans l’aile de gauche la manufacture Zuber et dans l’aile de droite le Musée du papier peint est une ancienne commanderie de l’Ordre des chevaliers teutoniques.

 

L’HISTOIRE DU MUSÉE

Estampe, "Fabrique de Papiers peints de Mrs. Jn. ZUBER & Cie", Editeur Godefroy Engelman, Mulhouse, 1823, Dessinateur Jean Mieg (1791-1862), lithographie coloriée sur papier

La présence de l’industrie du papier peint à Rixheim commence avec l’installation en 1797 de la manufacture Hartmann Risler & Cie, plus tard manufacture Zuber & Cie (toujours active) dans l’ancienne Commanderie de l’Ordre teutonique.

Le Musée du papier peint, ouvert en 1983, conserve les collections de la manufacture ainsi que des ensembles provenant de l’ancien Musée Industriel de Mulhouse, auxquels se sont ajoutés depuis de nombreux achats et dons.

 

PARCOURS PERMANENT

Le parcours permanent du musée est constitué d’une salle expliquant les techniques de fabrication, ainsi que de huit panoramiques de la manufacture Zuber de Rixheim.

Dans la salle technique sont présentées les différentes étapes de fabrication d’un papier peint : la production du papier, la couleur, le fonçage, l’impression à la planche, les machines permettant d’imprimer le papier au rouleau-relief ou en taille-douce, de le gaufrer, de le floquer. Les techniques modernes d’impression sont aussi évoquées : sérigraphie, héliographie, flexographie, impression numérique.

 

PETITE HISTOIRE DU PAPIER PEINT

Contrairement à sa dénomination courante en France, le papier peint n’est pas peint ! Depuis le 18ème siècle, il est imprimé selon un processus d’abord artisanal, qui devient industriel avec la mécanisation au 19ème siècle.

Il est vrai qu’à l’origine, les papiers importés de Chine dès le 16ème siècle étaient peints à la main. En Europe, on produit à la même époque des papiers dominotés, des feuilles de papier qui sont imprimées à la planche pour les contours puis coloriées au pinceau ou au pochoir. Leur usage est multiple, pour orner le mur d’abord, mais aussi pour la décoration des meubles et des boîtes, ainsi que la couverture des livres.

Dès le début du 18ème siècle en Angleterre, on commence à coller les feuilles les unes au bout des autres pour former un rouleau, avant de les imprimer. C’est la naissance du papier peint tel que nous le connaissons.

La généralisation de l’usage du papier en continu dans les années 1830 permet de mécaniser la fabrication. De nombreuses machines à imprimer sont alors mises au point, elles seront bientôt mues par la vapeur. Dès les années 1860, la production s’accroit de manière considérable, engendrant une diminution des coûts de production et à la fin du 19ème siècle, un développement de la pose du papier peint même dans les intérieurs modestes.

La fabrication d’un papier peint devient bientôt d’une grande technicité. Les manufacturiers déposent de nombreux brevets pour protéger leurs inventions et combinent souvent plusieurs techniques pour obtenir des effets spéciaux : gaufrage, dorure, satinage… Ces procédés permettent d’imiter presque tous les matériaux, le papier peint étant passé maître dans l’art du trompe-l’œil.

Au 19ème siècle, il rend à la perfection la profusion végétale d’un jardin d’hiver et peut reproduire aussi bien une tenture de cuir de Cordoue, un rideau de dentelle ou une soierie de Lyon.

Aujourd’hui, les goûts ont changé, mais non les effets recherchés. On imite un revêtement de capiton aussi bien qu’un mur de béton tagué. Les fabricants aiment aussi enrichir l’effet du papier par l’ajout de billes de résines, d’apprêts métalliques…

Le nouvel intérêt des designers et des artistes pour le papier peint depuis les années 2000, et l’engouement du grand public visible à travers les magazines de décoration inaugurent une nouvelle ère de faste pour le papier peint.

 

PLUS D'INFORMATIONS
Musée du Papier Peint - La Commanderie
28 rue Zuber
68170 Rixheim
Téléphone 03 89 64 24 56
 Site : http://www.museepapierpeint.org

Nous contacter

591 rue de Romagny
68210 Valdieu-Lutran
Tél : 03 89 25 02 39

Horaires

Mardi : 09h00 - 11h30 et 14h00 - 17h00
Jeudi : 09h00 - 11h30 et 14h00 - 17h00
Et sur rendez-vous
Nous situer
Haut de page